Les amétropies en un clin d'oeil

lundi 24 août 2015 par Julia Dessauvage

Un oeil dit "emmétrope" désigne un oeil doté d'une vision parfaite. Cependant, les chiffres montrent qu'aujourd'hui, près de 7 français sur 10 agés de plus de 18 ans souffrent d'un problème de vue. Parmi ces défauts visuels, nous retrouvons : la myopie, l'hypermétropie, la presbytie et l'astigmatisme. Chacun d'entre eux est différent et se corrige d'une manière adéquate. Comment les distinguer les unes des autres ? Un petit point s'impose !

La Myopie

La myopie se caractérise par un œil trop long ou trop puissant. Par conséquent, la trajectoire de la lumière passant à travers lui s'en retrouve décalée ; l'image qui en résulte est alors incapable de se placer pile sur la rétine mais arrive avant cette dernière, empêchant la perception nette des éléments se situant à une distance éloignée. La correction myopique se note avec le signe - (négatif) et plus la puissante prescrite est forte, plus elle induit un champ visuel net restreint.

Dans la plupart des cas, la myopie possède parfois une origine génétique, parfois une cause environnementale. Il a par exemple été démontré qu'un enfant ne grandissant pas dans un cadre où la vue de loin est stimulée avait tendance à développer une myopie, cette dernière apparaissant souvent aux alentours de 8 ans, avant d'évoluer, puis de se stabiliser après la majorité.

L'Hypermétropie

La Nuit Etoilée

L'hypermétropie se caractérise à l'inverse par un œil trop court ou pas assez puissant. Ainsi, la trajectoire de la lumière s'en retrouve là aussi décalée, mais l'image qui en résulte ne peut se placer correctement sur la rétine et arrive après, empêchant la perception précise des éléments se situant à une distance proche. La correction hypermétropique se note avec le signe + (positif) et plus la puissance prescrite est forte, plus elle induit que la distance nécessaire à une vision nette est éloignée.

Cette amétropie visuelle touche les enfants dès la naissance, avant que son évolution ne ralentisse, vers 6 ou 8 ans. Dans beaucoup de cas, elle se corrige naturellement via une accommodation ; néanmoins, cette mise au point demandant un effort prolongé, elle peut entraîner des conséquences assez handicapantes : vue double, migraines plus ou moins violentes, sensations de brûlure, picottement ou tiraillement ; ces troubles se nomment "signes asténopiques". Lorsque l'accommodation devient insuffisante pour maintenir un confort dans la région du système visuel (notamment lorsque le sujet prend de l'âge), la correction via un dispositif adapté (lunettes ou lentilles de contact) devient indispensable.

L'Astigmatisme

Carte

Contrairement à la myopie ou à l'hypermétropie, provoquées par la longueur globale de l'oeil, l'astigmatisme quant à lui se concentre dans la cornée, couche translucide sur la surface de l'iris, habituellement sphérique, mais ovale dans ce cas de figure. Le reste de l’œil ne peut alors compenser les défaillances engendrées et le champ de vision s'en retrouve déformé.Contrairement aux personnes myopes qui voient flou de loin et les hypermétropes qui voient flou de près, l'astigmate conjugue les deux : sa vue est trouble quelle que soit la distance, engendrant parfois des vertiges et des céphalées.

L'astigmatisme n'appartient pas aux pathologies héréditaires, aussi est-elle souvent le résultat d'un traumatisme de la cornée ou de certaines pathologies, telles que le kératocône. Le problème principal de cette maladie s'inscrit dans le le fait qu'elle est instable et qu'elle évolue régulièrement au cours de la vie.

La Presbytie

Réfracteur

Lorsque les yeux sont atteints de presbytie, le défaut réside cette fois dans le cristallin. Elle survient avec le vieillissement, le cristallin se rigidifie alors et perd en souplesse, incapable de se bomber pour corriger les messages lumineux. Ainsi, l'image se forme en arrière de la rétine et la vision est également brouillée.

La presbytie appartient aux phénomènes physiologiques naturels et apparaît à partir de 40 ans. Ses premiers symptômes se manifestent par une difficulté à percevoir clairement les objets à proximité de manière prolongée, provoquant souvent le réflexe de préferer des milieux limineux ou de se rapprocher pour mieux distinguer.

please wait