La vision animale

mercredi 25 novembre 2015 par Vision Direct

La perception humaine des couleurs est différente d'une personne à l'autre. Mais qu'en est-il de la perception visuelle des animaux ?

Comme chacun de nos cinq sens, la vue aussi résulte d'une interprétation de notre cerveau. Les signaux enregistrés par nos yeux sont traduits en images que nous considérons parfois à tort comme une réalité concrète. Bien qu'il soit impossible de rentrer dans la peau d'un animal, nous pouvons aujourd'hui savoir quelles couleurs ses yeux détectent et, bien que nos connaissances en la matière demeurent encore limitées, nous pouvons d'ores-et-déjà affirmer que certaines espèces ont une perception visuelle très différente de la nôtre.

Comment s'articule la vision humaine ?

La perception des couleurs nous parvient grâce à des cellules photosensibles appelées « cônes ». Il en existe trois types : bleu, vert et rouge, leurs combinaisons permettant de différencier chaque nuance, de la plus foncée à la plus claire.

La dyschromatopsie résulte de la perte de ces cellules chez certains êtres humains. Lorsqu'un type précis de cône se retrouve endommagé ou cesse de fonctionner correctement, la faculté à appréhender les différentes teintes s'en retrouve compliquée.

Comment s'articule la vision animale ?

vision du taureau

Les couleurs détectées par les animaux dépendent elles aussi des types de cônes dont leurs yeux disposent.

La plupart des mammifères, à l'instar des chiens et des chats, possèdent uniquement deux types de cônes rétiniens. Il s'agit en général des verts et des bleus ; ainsi, votre animal de compagnie a plus de facilité à reconnaître des objets jaunes que des objets de nuances rouges.

C'est également le cas des taureaux, achevant ainsi le fameux mythe selon lequel la couleur rouge les irriterait particulièrement : lorsque le matador agite sa cape. Ce sont en fait les mouvements effectués par celle-ci qui les mettent en rage.

Tous les animaux souffrent-ils de dyschromatopsie ?

Les animaux ne sont pas tous dotés d'une perception visuelle limitée. En réalité, c'est même plutôt le contraire, notamment pour certaines espèces, capables de distinguer des couleurs que nous ne serons jamais capables de percevoir. Par exemple, le papillon bénéficie de cinq types de cônes rétiniens différents, lui permettant ainsi notamment de voir la lumière ultra-violette. Il en est de même pour les abeilles, qui utilisent leur vision pour se guider lorsqu'elles atterrissent sur une fleur afin d'en butiner plus efficacement le pollen.

A l'inverse, certaines races de serpents ne possèdent qu'une palette visuelle restreinte, mais qui alliée à un petit organe creux situé sur le bout de leur langue, les aide à "voir" les sources de chaleur comme le ferait une caméra infrarouge.

Super vision

vision de la mante de mer

Il existe sur Terre une créature dont la vision est si compliquée que les scientifiques ne parviennent actuellement pas à déterminer la manière dont son système visuel fonctionne. La mante de mer, un crustacé bariolé vivant dans les milieux marins tropicaux et subtropicaux, possède seize types de cônes rétiniens.

En théorie, cela signifie que cet animal a la capacité de percevoir des couleurs qu'aucune autre espèce ne peut imaginer. Mais ça n'est pas aussi simple en pratique : des recherche de l'université de Queensland ont démontré qu'en réalité, ces crevettes ont bien plus de difficulté à différencier les couleurs que les humains, leurs yeux étant particulièrement sensibles aux UV, dont certaines longueurs d'onde les répulsent au point d'éviter la nourriture repérée dans leur rayons.

Que voyez-vous ?

Bien qu'il reste encore beaucoup à découvrir sur le sujet, la vision humaine a été examinée et étudiée avec application ces dernières années. Il en est ressorti que l'œil de l'Homme s'avère facile à leurrer. Regardez l'image ci-dessous, créée par Michael Abrasj, scientifique en chef pour la firme Oculus appartenant à Facebook : les deux pilules ont beau être grises toutes les deux, votre cerveau continuera à les interpréter comme étant rouge et bleue.

Le chercheur commente l'expérience ainsi : « Votre système visuel se moque de savoir si les photons provenant d'une image aléatoire sont rouges, bleus ou gris : cette information n'a jamais empêché quiconque de se faire dévorer par des lions dans la savane. Votre système visuel a pour but d'identifier les caractéristiques potentiellement pertinentes dans le monde réel avec ce qu'il contient de variations. Il corrige donc constamment les couleurs, transformant la réalité plutôt que de se contenter de simplement la transmettre. Les couleurs perçues représentent donc une estimation améliorée de votre cerveau.»

please wait